Le Retrogaming






Le terme “retrogaming” (parfois même “retro-gaming” ou bien “rétrogaming”) désigne l’intérêt pour les consoles de jeux et les jeux vidéos anciens considérés comme “rétros”.

Malheureusement, on se retrouve déjà à ce stade confronté à des difficultés: à quels critères un jeu doit-il répondre pour être considéré comme rétro ? Et quand le retrogaming est-il apparu ? Même si les frontières restent floues, on considèrera “rétros” les jeux généralement en 2 dimensions commercialisés sur les 4 premières générations de consoles entre le début des années 1970 et le milieu des années 1990. Ces 4 premières générations de consoles s’étendent de la première console de jeux Odyssey sortie en 1972 jusqu’aux dernières consoles 16 bits telles que la SNES de Nintendo et la Megadrive de Sega détrônées entre 1994 et 1996 par l’arrivée des consoles de 5èmes générations (32 & 64bits) comme la Playstation de Sony et la Nintendo 64.

Cet engouement récent pour les jeux anciens est difficilement datable même si les premiers signes de nostalgie sont apparus avec les rééditions de jeux classiques apparues à la fin des années 1980. Ainsi en 1987 apparaît Pac-Mania, un remake en 3D isométrique (on est toujours pas dans un vrai rendu 3D mais cependant un troisième axe est ajouté pour rendre la sensation de profondeur) dans lequel le joueur a en plus la possibilité de sauter par dessus les fantômes. Photo Pacman01 vs. Photo Pac-Mania01

En étudiant cette tendance en pleine explosion aujourd’hui, une question vient naturellement nous effleurer l’esprit : pourquoi le retrogaming ?
Lorsque l’on demande aux joueurs pourquoi à l’heure de la Haute Définition (HD) et de la vidéo 3D ils ressortent leurs veilles consoles plusieurs réponses apparaissent de manière récurrente : simplicité des commandes et du gameplay, difficulté plus élevée qui en faisant un loisir plus restreint et “underground”, absence de problèmes de compatibilité/caméra, voir même simple nostalgie d’une autre époque… la liste est longue et reflète une certaine frustration vis à vis de l’accélération constante du progrès .

Depuis ces premières rééditions, le phénomène n’a cessé de gagner en ampleur, en témoigne la multiplication du nombre de jeux et compilations rétros sur les plateformes d’achats en ligne des consoles actuelles. On retrouve ainsi les catégories “PSone Classics” et “Neo Geo Games” sur le Playstation Store de Sony, une section “Classic Games : Virtua Console” sur le Nintendo Store et une catégorie “Classiques” sur le Xbox Marketplace. Une foule de jeux qui auraient pu encore plus ravir tous les rétros gamers de la planète si leur prix (entre 8 et 10€ pour les incontournables) correspondait à ce que la plupart sont réellement : de simples portages.

Pour moult gamers l’émulation (qui désigne le processus d’imitation par lequel un logiciel “réfléchit” comme une console) représente la solution idéale. De nombreux sites proposent actuellement de télécharger des émulateurs et des roms (fichiers images contenant les données d’un jeu) en libre accès. Il est par ailleurs bon de savoir que l’émulation est un procédé légal si vous possédez un exemplaire original de la console ainsi que du jeu “émulé”.

Ainsi ce termine ce court article qui je l’espère vous aura donné l’envi de vous replonger dans un bon jeu à l’ancienne. En attendant j’aimerai partager avec vous, que le monde anglophone n’hésite plus à qualifier de “Nostalgic Gamers” un de mes premiers souvenirs vidéo ludique, l’excellent Donkey Kong arrivé sur les Nes de l’hexagone en 1986.